Avis de soutenance thèse en co-tutelle

Notre collègue Syrine Ben Slymen, membre du Programme Loth soutiendra sa thèse en sciences de l’information et de la communication le vendredi 14 novembre 2014 à 14h.

Lieu : Salle du Conseil de l’UFR LASH,  Campus Carlone, UFR Lettres, Arts et Sciences  Humaines – Université Nice Sophia Antipolis

«Sentiment d’appartenance et intelligence territoriale:

une application au contexte tunisien»

Sous la direction de Vincent MEYER et la co-direction de Ahmed BEN HAMOUDA

 Membres du Jury :

M. Ahmed BEN HAMOUDA, professeur, ISG de Tunis, Université de Tunis

M. Vincent MEYER, professeur, Université Nice Sophia Antipolis

M. Michel M. DURAMPART, professeur, Université de Toulon

Mme Elizabeth GARGERE, professeur, Université de Bordeaux

Mme Lamia HECHICHE, professeur agrégée, HDR, ISG de Tunis, Université de Tunis

M. Sami BOUDABBOUS, professeur, Ecole supérieure de commerce de Sfax

Résumé de thèse 

Notre recherche a été établie dans le cadre du programme de recherche interdisciplinaire Langages, objets, territoires et hospitalités. Notre objectif est d’apprécier les procédés informationnels, communicationnels et de management pour la valorisation des régions de Nabeul et de Médenine sous l’égide du CGDR et de l’ODS, et d’estimer et d’évaluer la nature du lien entre le sentiment d’appartenance et la valorisation  territoriale par le biais de ces dispositifs d’intelligence collective. L’ancrage de notre recherche dans les champs interdisciplinaires des sciences de gestion et des sciences de l’information et de la communication nous a permis d’appréhender notre objet de recherche dans une logique d’instrumentalisation de pratiques et de dispositifs de management du territoire et dans une logique de communication, de transmission de l’information, de capitalisation et de diffusion des connaissances. Toutes ces pratiques étant sélectionnées à travers le ressenti envers le territoire en termes d’identité, d’attachement et de solidarité. Le travail avec les acteurs de développement nous a permis de cerner l’intensité de leur sentiment d’appartenance et les liens de causalité que cela peut avoir avec l’intelligence territoriale adoptée en termes de sélection des dispositifs communicationnels informationnels et de management.

Alors que le travail avec les acteurs de la population locale nous a permis de vérifier les liens de causalité entre la perception de l’intelligence collective instaurée au niveau du territoire et le  renforcement de l’identité de l’attachement et de la solidarité envers la région. En effet l’appréhension et la mesure d’un lien de causalité entre deux notions invite le recours à des échelles de mesure qui permettent la qualification et la quantification de ce lien. C’est pourquoi le travail de terrain mobilise une approche qualitative exploratoire pour la définition des items de certaines variables et une approche quantitative pour identifier la nature du lien entre nos variables et parvenir à le mesurer.

Notre travail de terrain a été essentiellement axé sur le recueil de données qualitatives et quantitatives auprès de la population de responsables institutionnels et non institutionnels dans la région de Nabeul et celle de Médenine. Ainsi que le recueil de données quantitatives auprès de la population locale des deux régions. Le traitement du corpus émanant de notre terrain nous a permis de cerner la nature du lien entre nos dimensions de recherche.

Les principaux résultats de notre recherche, atteints suite à l’analyse et l’interprétation des données recueillies se présentent comme suit :

  • La validation de l’hypothèse H1 le sentiment d’appartenance est positivement associé à l’intelligence économique territoriale.
  • La validation partielle de l’hypothèse H2 le sentiment d’appartenance est positivement associé au knowledge management territorial.
  • La validation partielle de l’hypothèse H3 le sentiment d’appartenance est positivement associé à l’intelligence territoriale perçue.

In fine cette thèse révèle les liens de causalité entre le sentiment d’appartenance et les dimensions de l’IET et certaines dimensions du KMT et de l’ITP. Nos propositions invitent au diagnostic, l’évaluation et la compréhension du pourquoi de l’abandon de certaines pratiques d’intelligence territoriale, l’adoption de nouvelles formes de communication publique et territoriale pour le renforcement du sentiment d’appartenance et pour assurer un  meilleur partage et diffusion de l’information.

Mots-clés : Intelligence territoriale, intelligence économique, knowledge management, sentiment d’appartenance, identité à la région, attachement à la région, solidarité envers la région, communication publique et territoriale

Parmi les publications de Syrine Ben Slymen

Ben Slymen S., 2012, « Atténuer les disparités régionales, quels mécanismes pour réussir ? », in Meyer V., Sghaïer M. & Smati N. (dirs.), Actes du colloque international Développement territorial, patrimoine et tourisme en zones fragiles et menacées: entre dynamiques économiques, démocratie participative et communication, Revue des régions arides, 8 (2/2012) Numéro spécial, Médenine : Institut des régions arides, pp 415-436 .

  .


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *