Tous les articles par loth

Communication et développement territorial en zones fragiles au Maghreb

Parution de l’ouvrage COMMUNICATION ET DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL EN ZONES FRAGILES AU MAGHREB sous la direction de Pierre Morelli et Mongi Sghaïer
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=38751

         Cet ouvrage questionne le lien entre communication publique et développement territorial dans certaines zones fragiles et menacées du Maghreb. Il clôt la première phase du programme de recherche franco-maghrébin LOTH (Langages, objets, territoires et hospitalités) né en 2006 d’une collaboration entre le Centre de recherche sur les médiations (CREM EA 3476, Université de Lorraine – Metz) et le Laboratoire d’économie et sociétés rurales de l’Institut des régions arides (LESOR, IRA – Medenine, Tunisie), et bénéficiant également du soutien de l’AUF et du CNRS-ISCC. Dans une volonté de rapprocher les sciences de l’information et de la communication (SIC) et les sciences économiques, ces travaux ouvrent des horizons de recherche inédits et induisent de nouveaux questionnements autour de notions telles que l’intelligence territoriale, le marketing territorial, la confiance entre acteurs du développement local, les perceptions et la valorisation de sites patrimoniaux…). La pluridisciplinarité au cœur de ce programme (SIC, sciences économiques, sciences de gestion et histoire) permet de sérier, dans une première partie, les questions liées à la communication territoriale rapportées aux différents patrimoines (architectural, culturel, géographique, historique, etc.) qui caractérisent les zones étudiées. La seconde partie traite de l’attractivité des territoires à travers le processus de patrimonialisation et interroge les enjeux liés au développement de formes touristiques alternatives à l’offre phare : le tourisme balnéaire.

Ont contribué à cet ouvrage : Hanane Abichou, Abdelatif Ait Heda, Sarra Belhassine, Mohamed Ali Ben Abed, Mouna El Gaied , Ikram Hachicha, Mohamed Haddad, Mohamed Jaouad, Habib Kazdaghli, Jean-Pierre Mathieu, Aissa Merah, Vincent Meyer, Pierre Morelli, Balkis Mzioudet – Faillon, Mongi Sghaïer, Nozha Smati, Amor Tbib, Hayat Zérouali

 

Le programme LOTH

Contexte et originalité du développement du programme LOTH

Nos travaux sont partis d’une volonté de coopération universitaire basée sur la nécessité de conforter certaines missions de l’Institut des régions arides (IRA)[1] par des actions plus ciblées ou opérationnelles dans le champ de l’information et de la communication. En octobre 2005, nous avons préparé une convention cadre entre l’IRA et l’université Paul Verlaine-Metz. Cette démarche – fondée sur plusieurs recherches doctorales – nécessitait un projet scientifique global, un cadre précis de coopération pour les deux laboratoires engagés et des financements pour assurer une mobilité des doctorants et des chercheurs.

Le programme pluridisciplinaire franco-tunisien LOTH (Langages, objets, territoires et hospitalités) consistait en priorité à coupler, entre 2007 et 2010, des problématiques développées en sciences de l’information et de la communication avec les dispositifs existants de conservation, de réhabilitation et de mise en valeur du patrimoine tunisien en zones arides.

Dans ce programme, le contexte spécifique du territoire ou terrain de nos recherches – le sud-est tunisien – a été déterminant. En effet, la question du développement en zones arides[2] compte aujourd’hui parmi les défis les plus délicats, non seulement pour les sociétés rurales et leurs systèmes de production, mais aussi pour la communauté scientifique, les structures d’administration et les organisations de coopération internationale pour le développement (Sghaïer, Picouet, 1996 et 2000). Le fléau de la désertification n’est plus l’affaire unique d’un contexte climatique contraignant, ou d’un environnement marqué par la précarité des ressources naturelles (eau, sol, végétation, faune, etc.). C’est aussi l’affaire des populations rurales tributaires d’un environnement fragile, dans leurs procédures de production de biens de subsistance et d’alimentation humaine et animale (Tbib, Meyer, Idi, 2007). Ces populations ont développé au fil de l’histoire des cultures spécifiques, des modes d’organisation sociale et des formes de communication avec l’environnement naturel et humain. Leurs conditions de vie étaient depuis longtemps marquées par la faiblesse des niveaux de formation, le respect aux valeurs sociales héritées des générations antérieures et la modestie des conditions économiques. Leur organisation sociale, les modes de vie et des systèmes d’exploitation des ressources naturelles (Baduel, 1984) ont toutefois évolué ; essor démographique, privatisation des terres et sédentarisation des nomades, conjugués avec les améliorations des infrastructures publiques (écoles, dispensaires, médias et moyens de communication) ont sérieusement modifié les relations des populations locales avec leur environnement naturel (Omrani, 1982). Par ailleurs, ces zones arides regroupent autour du secteur agricole de plus en plus d’acteurs et de structures de développement. Les unités familiales de production agricole sont en communication continue avec les consommateurs locaux, les commençants et intermédiaires, les organisations locales ainsi que les structures d’administration et de recherche.

En Tunisie, la recherche sur les zones arides s’est investie depuis au moins trois décennies dans un important combat contre la désertification, tant aux plans climatique et environnemental que sur le plan humain. Si les divers projets engagés sur ces territoires ont d’ores et déjà produit des résultats tangibles, d’impressionnants défis y subsistent encore. En effet, à partir de 1970, des modifications profondes ont marqué les populations rurales et les paysages naturels. L’accroissement démographique, la sédentarisation, la privatisation des terres et la mécanisation ont convergé pour amplifier la pression humaine sur les ressources hydriques, les sols et les parcours naturels.

Actuellement, des ressources naturelles affichent des signes de perturbations écologiques prononcés (réduction et dégradation des parcours, tarissement des nappes et érosion des sols). Au fil du temps, les unités familiales de production agricole se sont rendues compte des limites de ce secteur. Aussi ont-elles cherché à profiter autant que possible d’autres branches d’activités économiques, notamment le secteur touristique.

Les premiers travaux engagés dans le programme LOTH se sont donc d’abord concentrés sur les activités du LESOR de l’IRA. Celui-ci s’investit plus particulièrement dans l’étude : des systèmes agraires et pastoraux, de la gestion des ressources naturelles et du développement local dans divers sites de la Tunisie aride ; sites qui doivent participer d’une mise en œuvre d’un tourisme saharien et culturel, constructif et non destructif. Les objectifs et orientations dressés lors des premiers séminaires à Médenine et à Metz ont permis de s’accorder sur différentes pistes concernant l’analyse de systèmes d’information et de communication en zones arides dans une optique de développement territorial (Haddad, 2008) et de valorisation patrimoniale de sites comme les Gsour[3] (Belhassine, 2010), avec pour cible prioritaire la population locale de ces territoires du sud-est tunisien.

L’évaluation du programme aujourd’hui montre qu’il a aussi été le moteur d’une importante mise en réseau de chercheurs de part et d’autre de la Méditerranée. En ce sens, il participe pleinement à la consolidation d’un « espace scientifique méditerranéen » en sciences de l’information et de la communication[4], mais aussi de contribuer, comme le mentionnent les organisateurs du colloque international L’Union pour la Méditerranée : un partenariat équitable pour le partage des savoirs, à « l’émergence d’une palette de réflexions sur des projets communs du futur ensemble euro-méditerranéen, dans le cadre de l’espace commun du savoir, de l’agriculture et du développement durable » (Meyer, 2009).

Les travaux menés à ce jour interviennent donc essentiellement dans le cadre de recherches doctorales en sciences de l’information et de la communication[5] dont les fondements méthodologique et théorique sont, en grande partie, empruntés à la tradition interactionniste (avec une optique de développement de recherches appliquées voire, si le terrain le permet à l’avenir, de recherches-actions). Les thèses soutenues ou en cours visent toutes des objectifs multiples :

  • contribuer à la circulation des idées, des connaissances et savoir-faire entre les acteurs concernés avec une mise au jour, une caractérisation et une analyse des représentations et rhétoriques sur les problèmes à résoudre dans ces territoires comme sur l’efficacité des systèmes d’information en place ;
  • soutenir par des stratégies de communication – y compris pour d’éventuelles situations de crise (Gabay, 2001 ; Libaert, 2010) –, les actions de préservation du patrimoine matériel et immatériel de ces régions internes (en Tunisie) face à l’urbanisation et au développement touristique massif des régions côtières ;
  • contribuer à une expertise et/ou évaluation des outils de communication valorisant les parcours patrimoniaux et/ou les infrastructures touristiques, ceci depuis la valorisation du patrimoine architectural à la conception de nouveaux produits de tourisme culturel dans lesquels se joue aussi un processus d’acculturation au sens d’un « phénomène de contact et d’interprétation entre civilisations différentes » (Cazes, 1984 : 97).

Ces pistes et leurs différentes mises en œuvre dans les thèses ou lors de nos travaux en séminaire commandaient progressivement des expertises croisées pour un développement respectueux et durable – écotouristique – de ces zones arides, fragiles et menacés. C’est sur ce point que nous avions sollicité et obtenu un soutien financier de 2000 euros de l’ISCC. En fait, il est devenu évident, au fil de nos travaux, qu’il était impossible de proposer aux acteurs locaux des stratégies de communication territoriale – qui se fondent en priorité sur les discours et représentations sociales des différents acteurs et sur des enjeux économiques –, sans intégrer dans ces dernières l’étude des effets des perturbations climatiques qui conduisent à des applications au niveau de la gestion conservatoire et de la restauration de populations d’espèces et d’écosystèmes. En particulier, l’évaluation des conséquences de ces dernières sur l’originalité, la richesse et la diversité des communautés animales et végétales, ainsi que l’identification d’éventuels seuils, à partir desquels la biodiversité est ou sera fortement altérée.

Le soutien de l’ISCC en 2009 a donc été essentiel pour consolider la nature pluridisciplinaire de nos travaux i.e. en y intégrant (Amalou, Barioulet, Vellas, 2001) – à côté d’indicateurs sociaux et économiques[6] – des indicateurs environnementaux (fragilité des écosystèmes et de la biodiversité, traitement des déchets, intensité d’utilisation du sol et des ressources hydriques).

 

Les dates et thématiques clés

  • octobre 2005, démarrage de la coopération universitaire initiée avec un projet d’accord cadre signé en 2006 en vue de la poursuite des efforts d’approfondissement des relations scientifiques en vue de contribuer au développement, à la fois, de la recherche et de l’enseignement des SIC en Tunisie (projets de recherche commun, codirection ou cotutelle de thèse) ;
  • 2006, réalisation de deux missions à l’IRA comprenant des visites de terrain (antennes de l’IRA dans le sud-est tunisien, sites spécifiques dédiés au tourisme dans les régions internes et plaine de la Jeffara[7]) pour intégrer nos travaux dans une des missions prioritaires du LESOR à savoir l’évaluation et le diagnostic des expériences d’aménagement et de développement, en particulier des observatoires en zones arides ;
  • 2007-2008, le projet à la base de l’accord cadre entre le LESOR et le CREM devient un programme de coopération qui :
    • permet le développement de recherches autour de thématiques qui relient les champs d’intérêt des chercheurs i.e. les « langages, objets, territoires et hospitalités ». Ces dernières fondent les interactions entre les sociétés passées et leur environnement actuel. Elles fonctionnent, à la fois, comme des cristallisateurs d’expériences communicationnelles et dressent le cadre, les jeux et enjeux, des stratégies de communication pour la valorisation d’une région ;
  • produit ses premiers résultats de recherche dans l’étude de la relation entre « Intelligence territoriale et sociétés rurales » avec la première soutenance de thèse en codirection. Ces travaux proposaient une démarche de mutualisation et de qualification de l’information au sein du territoire de Menzel Habib à travers un dispositif spécifique : les observatoires socio-économiques et environnementaux. Ceux-ci collectent, traitent et mettent à disposition des acteurs locaux et nationaux l’information, les connaissances et les savoirs stratégiques sur les développements en cours ;
  • contribue avec une nouvelle recherche doctorale à répondre à la question sensible de la confiance entre les acteurs locaux (la population locale de Menzel Habib) et les autres acteurs de développement nationaux et internationaux, individuels et collectifs et privés et publics ;
    • intègre les deux instituts représentatifs des sciences de l’information et de la communication en Tunisie i.e. l’Institut de presse et des sciences de l’information (IPSI) et de l’Institut supérieur de documentation (ISD)[8] de l’université de la Manouba (Tunis).
  • 2009 voit l’inscription dans nos travaux, avec le soutien de l’ISCC, d’une dimension écotouristique tenant compte de la biodiversité et du patrimoine naturel (en lien avec le LIEBE et le LEP) ;
  • en 2010, consolidation du programme avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie (programme Horizons francophones) et une extension au Royaume du Maroc (province de Nador et région d’Agadir) avec :
    • un accord international de coopération recherche avec l’École des sciences de l’information de Rabat (une thèse en codirection)[9] ;
    • la préparation d’un accord international de coopération recherche avec l’université Ibn Zohr d’Agadir ;
    • une soutenance de thèse en cotutelle avec l’IPSI l’université dont l’objet reliait les questions de préservation d’un patrimoine, de valorisation économique et marketing territorial (en privilégiant l’image) en zones arides, fragiles et menacées ;
    • une évaluation des travaux engagés et une réflexion sur un développement pédagogique au niveau M (Master) avec un projet de doubles diplômes dans la spécialité Métiers de la communication territoriale et publique[10] en Tunisie (université de Gabès) et en Algérie (université Mentouri Constantine).
  • en 2011 sont programmées les dernières soutenances de thèse en codirection pour la Tunisie et une ouverture sur l’Algérie (université Mentouri Constantine) avec, en mai, une Conférence sur les Recherches et les métiers en communication territoriale et publique permettant ainsi de stabiliser pour les années à venir ce partenariat franco-maghrébin.
  • en 2012, tenue d’un colloque international organisé à l’IRA par les docteurs et doctorants du programme avec le soutien de l’AUF avec la participation de tous les enseignants-chercheurs et doctorants impliqués depuis sa mise en œuvre ;

[1] http://www.ira.rnrt.tn Créé en 1976, l’Institut des régions arides est aujourd’hui sous la tutelle du ministère de l’Agriculture de Tunisie et se charge de diverses missions : mener des recherches pour lutter contre la désertification et préserver les ressources naturelles ; former des cadres et techniciens spécialisés dans ce domaine ; vulgariser les acquis des recherches auprès du secteur agricole ; réaliser des études et projets de développement intégré dans le Sud tunisien et coordonner les activités avec des organismes de coopération scientifique en matière de zones arides. C’est l’une des plus importantes institutions en charge des problématiques environnementales et socio-économiques en Tunisie. Elle est rattachée à l’université de Gabès http://www.univgb.rnu.tn. La recherche scientifique, la formation et le développement comptent parmi ses principales fonctions. L’IRA compte cinq laboratoires de recherche dont le Laboratoire d’économie et sociétés rurales (LESOR) concerné en priorité par le programme LOTH.

[2] Ou, plus largement – suite aux travaux du colloque DELZOD (2009) et dans la perspective d’ouverture à d’autres pays et régions – en zones arides, fragiles et menacées : terminologie que nous avons finalement retenue.

[3] Gsour au pluriel, Gsar au singulier, Le terme s’écrie de deux manières selon les auteurs et les sources : Gsour ou Ksour ; Gsar ou Ksar. Voir aussi résumé de thèse, Sarra Belhassine, p. 11.

[4] Dans l’esprit du colloque international franco-tunisien co-organisé en avril 2008 à Tunis par la Société française des sciences de l’information et de la communication, l’Institut supérieur de documentation et l’Institut de presse et des sciences de l’information (ces deux instituts ont d’ailleurs rejoint le programme LOTH en 2008). Ce colloque était structuré autour de quatre verbes : interagir, transmettre, informer et communiquer. Ces verbes ont été choisis pour saisir et comprendre les dynamiques et les mutations en cours, et pour mieux faire connaître les recherches en information et en communication de part et d’autre de la Méditerranée. Les contributeurs ont montré que ces verbes ont des emplois multiples, qu’il convient de circonscrire par un éclairage pluridisciplinaire, mais aussi en fonction des contextes (très sensibles et l’actualité politique et sociale récente dans le Maghreb le démontre) dans lesquels ils sont encodés puis réemployés. Par ailleurs, ils sont conjugués avec des règles particulières, dans la mesure où sont interrogées les valeurs – toujours en débat – qui y sont attachées, et la valorisation – toujours incertaine – de leurs produits (Gdoura, Meyer, Chouikha, 2008).

[5] Deux doctorantes en économie et en sciences de gestion ont également rejoint le programme pour compléter nos travaux notamment pour l’aspect valorisation patrimoniale et marketing des Gsour (cf. infra, pp. 18 et 19).

[6] Indispensables dans la conception et la réalisation d’outils d’aide à la décision pour la mise en œuvre d’aménagements et d’actions de développement comme dans l’élaboration d’une stratégie de marketing territorial (valoriser en priorité les atouts existants sans minorer le contexte marchand et concurrentiel) dans impliquant différentes formes et intentions de communication.

[7] Cf. photographie p. 38.

[8] www.ipsi.rnu.tn et www.isd.rnu.tn

[9] www.esi.ac.ma

[10] Pour sa période d’habilitation en France.

Appel à communication colloque international LOTH Djerba 2012

Développement territorial, patrimoine et tourisme en zones fragiles et menacées

Territorial Development, Heritage and Tourism in Sensitive and Threatened Areas

Entre dynamiques économiques, démocratie participative et communication

Between Economic Participatory, Democratic Dynamics and Communication

1. Cadre général

La thématique de ce colloque international s’inscrit dans la problématique du développement local durable de différents territoires du bassin méditerranéen, appelés à faire face aux défis engendrés par de multiples changements (environnementaux et notamment climatiques, socio-économiques, politiques). Ceux-ci s’accompagnent aussi d’une transition démocratique fondée sur une participation citoyenne aux niveaux local, national et international. Ces défis pèsent d’une manière spécifique sur les conditions de vie et de production de populations vivant dans des zones déjà fragilisées et menacées, et qui ont su pendant longtemps maintenir un équilibre et entretenir une dynamique de développement, en dépit de leurs nombreuses contraintes. Dans ce contexte, l’accent sera mis sur les enjeux de développement territorial de zones connaissant des dynamiques de transition fortes sur le plan :

  • social (modes de gouvernance et représentation, transformation des structures institutionnelles) ;
  • économique (mutation des systèmes productifs et des règles économiques) ;
  • environnemental (évolution des écosystèmes sous l’effet naturel et/ou anthropique, régulation ou essor des activités touristiques) ;
  • communicationnel (échange et valeur de l’information, rôle et influence des médias, notamment à l’ère numérique).

Ce faisant, on interrogera le rôle des pouvoirs publics, des acteurs intéressés par le développement territorial, des professionnels du secteur touristique, mais également les populations locales et les « publics » du tourisme. Tous, à des degrés divers, vont intervenir dans la conception, la mise en œuvre et l’adoption de stratégies de développement et de valorisation (patrimoine naturel, matériel et immatériel, tourisme…) en mobilisant différentes formes de communication (publique, politique, interculturelle, événementielle et/ou de crise) qui se déploient localement dans des techniques de marketing territorial, et/ou au niveau national ou international, dans de grands plans de lutte ou programmes de développement

2. Objectifs du colloque

Ce colloque s’inscrit dans le programme franco-maghrébin et interdisciplinaire « Langages, objets, territoires et hospitalités » (LOTH) qui regroupe des chercheurs en sciences humaines et sociales (sciences de l’information et de la communication, économie et histoire), et a un double objectif :

  • présenter et échanger les résultats des travaux scientifiques et des expériences de différents acteurs (chercheurs, acteurs de développement, ONG, agences de coopération, professionnels de communication et du secteur touristique, etc.) ;
  • comprendre et analyser les dynamiques – à la fois économiques et communicationnelles – indispensables à ces zones fragiles et menacées, afin de dégager des orientations pour un partenariat plus efficace entre les acteurs privés et publics d’un développement territorial.

3. Trois thématiques

Axe 1: Information/communication, publics et territoires

Il s’agit de sérier et d’analyser les liens entre communication et développement territorial dans la préservation et la valorisation de différents patrimoines et/ou l’essor du tourisme en zones fragiles et menacées, tout en cherchant à évaluer l’efficacité des actions et des systèmes d’information mis en place, et à interroger leur utilité pour favoriser la participation citoyenne. Ceci implique trois directions :

– Territoires « fragiles » et « menacés » au miroir de la communication

Communiquer sur un territoire suppose de le considérer dans ses particularités géographiques, climatiques, culturelles, socio-économiques et humaines. Saisir les spécificités et les contextes de ces zones est donc un préalable indispensable à la mise en œuvre d’une communication publique et territoriale adaptée. Elles permettront de comprendre quel rôle joue cette communication dans la construction et la représentation de ces zones ; d’analyser les stratégies adoptées pour les promouvoir et pour soutenir des actions de valorisation et de préservation des patrimoines en leur sein ; de saisir comment circulent les connaissances et les savoirs stratégiques sur leur développement et quels sont les dispositifs de mutualisation et de qualification de l’information mis en place.

– Acteurs, populations et publics : vers une démocratie participative ?

Divers acteurs, privés et publics, sont impliqués dans la dynamique du développement territorial et touristique. De multiples actions sont ainsi menées, traduisant des choix politiques, économiques et sociaux. À partir de là, se pose la question de l’équilibre à trouver et à reconstruire entre volonté politique et aspirations de la population locale. Comment, dans une démarche participative et partenariale, s’articulent les interactions entre les décideurs politiques et les acteurs du terrain ? Comment in fine instaurer, sur la base de la concertation, un débat participatif autour de projets et programmes en cours.

– Position du chercheur et choix méthodologiques

Toute recherche pose la question de l’accès au terrain, couplée à celle du choix de la technique de recueil des données. On souhaite interroger la position du chercheur et ses choix méthodologiques en fonction des particularités de ces zones, des terrains spécifiques et de leurs populations et/ou des institutions locales avec lesquelles il doit construire une relation de confiance, adapter ses techniques d’enquêtes et penser la restitution des résultats et la circulation des connaissances produites.

Axe 2 : Tourisme, patrimoine et marketing territorial

Cet axe articulera des problématiques relatives à la relation entre patrimoine et tourisme, dans une perspective de mise en valeur et de promotion territoriale par la communication. En effet, le patrimoine joue un rôle dans la reconnaissance, la visibilité du territoire et dans l’appropriation de celui-ci par ses habitants. Vecteur d’identité et de cohésion, il est aussi devenu un facteur de production de richesses. Ainsi les enjeux de sa valorisation sont-ils nombreux et stratégiques, tant pour l’économie que pour la dimension socioculturelle du territoire. Aussi, le développement local des territoires – à travers la mise en place d’une dynamique touristique fondée sur la valorisation et la préservation du patrimoine – constitue-t-il, de nos jours, une des stratégies marketing les plus plébiscitées, dont les effets peuvent être analysés en trois points.

– La valorisation du patrimoine : dimension touristique et marketing territorial

Les territoires qui s’imposent avec le plus de dynamisme sont ceux qui ont su intégrer le patrimoine comme levier, au cœur même de leur stratégie de développement touristique. Se pose toutefois le problème de « la détérioration du patrimoine » par la fréquentation touristique sur des sites devenus accessibles et qu’il faut rentabiliser économiquement. Le rôle des décideurs politiques, des acteurs économiques et de la population dans ce processus sera déterminant pour définir ce que les uns et les autres entendent par valorisation, surtout quand les actions proposées relèvent d’un « écotourisme ».

– Rôle du marketing territorial dans la préservation du patrimoine

Si le marketing territorial est devenu une priorité dans la valorisation des territoires, il doit aussi, dans ces zones, se coupler à une réflexion stratégique autour des actions de préservation. Nous tenterons de sérier les outils et les moyens à mettre en place, afin de préserver les patrimoines naturel, matériel et immatériel. Quelles stratégies communicationnelles adopter et comment les évaluer dans un contexte de développement d’activités professionnelles (tourisme, échanges commerciaux…) non destructives ?

– Le patrimoine face aux défis et risques du tourisme

La relation entre patrimoine et tourisme s’inscrit dans une dynamique générant des opportunités de valorisation économique et culturelle, tout en posant de grands défis. Comment penser un processus de patrimonialisation couplant valorisation, préservation et participation citoyenne au regard de certains risques (non adéquation entre la formation des professionnels et les besoins, protection des sites, produits touristiques inadaptés ou génériques…), tout en amenant à réfléchir sur l’authenticité des biens patrimoniaux, ainsi que sur leur force symbolique et culturelle ?

Axe 3 : Tourisme, TIC et constructions identitaires dans l’espace méditerranéen

Dans les zones fragiles et menacées, les questions liées aux transformations des liens sociaux et des identités, couplées à celles de l’appropriation des technologies numériques, s’imposent pour saisir les nouvelles manières de communiquer et de penser certaines fractures, notamment entre le milieu rural/agricole et urbain, entre régions côtières et internes. Considérer les TIC en tant qu’outil permettant de valoriser autrement les territoires en zones fragiles de la Méditerranée nous amène à étudier trois dimensions.

– L’usage des nouveaux outils de communication à l’ère des TIC

Il s’agit d’étudier les usages sociaux des TIC face aux nouvelles manières de communiquer, d’être en société. Comment les diverses sociétés méditerranéennes construisent-elles, différemment ou semblablement, leur relation à l’Autre via les TIC ? Comment les outils de l’e-participation – sites internet, blogs, forums – ou encore les supports multimédias se développent-ils comme nouveaux « canaux » de la communication publique territoriale et touristique, tout en favorisant la construction d’une « citoyenneté électronique » ?

– Les causes et conséquences de « la fracture communicationnelle » en Méditerranée

La fracture communicationnelle, touchant à la fois les domaines politique, économique, scientifique et socioculturel, est souvent affichée comme source d’inégalités en matière de développement. Il faut donc en déterminer les formes et mesurer les conséquences éventuelles dans des zones particulièrement affectées par l’existence de disparités entre différentes catégories sociales : milieu urbain / milieu rural ; centre / périphérie.

– Conceptions et usages TIC appliquées au secteur touristique

Les enjeux d’une participation citoyenne ne se pensent plus sans référence aux systèmes numériques d’information et de communication. Lorsque celle-ci doit également servir un développement touristique, il est utile de sérier les interactions entre les usagers visiteurs, expatriés ou habitants, entre professionnels du secteur touristique et du patrimoine, et public cible. C’est ici qu’une analyse des impacts des outils du Web 2.0 et des réseaux sociaux sur les stratégies de communication internet du secteur touristique dans ces zones prend tout son sens, et plus généralement avec elle, quelles transversalités peut-on observer entre les usages et l’appropriation des TIC dans les pays du Maghreb ?

4. Propositions de communications et organisation du colloque

Les personnes désirant présenter une communication sont priées d’envoyer par courriel à l’adresse suivante (ColloqueLOTHmedenine2012@gmail.com) un résumé de 2500 signes en français ou en anglais

au plus tard le 2 janvier 2012.

Le résumé doit être accompagné du titre, cinq mots-clés et 3 à 5 références bibliographiques, choix de l’axe thématique, du nom des auteurs, leur fonction et rattachement institutionnel, ainsi que leurs coordonnées complètes (mail, tél, fax et adresse postale).

Les auteurs, dont les résumés auront été retenus par le comité scientifique, seront appelés à soumettre le texte intégral de leur communication dans un délai de trois mois.

5. Calendrier

  • 2 janvier 2012 : date limite d’envoi des résumés dans un fichier format Word (.doc) portant le nom de l’auteur.
  • Janvier-février 2012 : examen des résumés par le comité scientifique.
  • 5 mars 2012 : annonce des contributions retenues et publication du programme du colloque.
  • 4 juin 2012 : date limite d’envoi des textes définitifs (35 000 signes espaces compris) et des fiches d’inscription (les frais d’inscription comprenant les repas de midi et les actes du colloque).
  • 6 août 2012 : retour aux auteurs des remarques du comité scientifique.
  • 3 septembre 2012 : retours du comité scientifique aux contributeurs définitivement retenus pour les actes et publication du programme définitif du colloque.
  • 14, 15 et 16 novembre 2012 : tenue du colloque à Djerba.

6. Comité scientifique

Coordination scientifique du colloque : Houcine Khatteli, Mongi Sghaier et Vincent Meyer

Composition du comité scientifique :

  • Ali Abaab (Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit, Allemagne)
  • Abdellatif Ait Heda (Université Ibn Zohr, Maroc)
  • Philippe Bachimon (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, France)
  • Nabil Ben Khatra (Observatoire du Sahara et du Sahel, Tunisie)
  • Leila Benlatrache (Université Mentouri Constantine, Algérie)
  • Françoise Bernard (Université de Provence, France)
  • Azzedine Bouderbane (Université Mentouri Constantine, Algérie)
  • Driss Boumeggouti (Université Toulouse 2, France)
  • Larbi Chouikha (Université de la Manouba, Tunisie)
  • Jamil Dakhlia (Université de Lorraine, France)
  • Pierre-Noël Denieuil (Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, Tunisie)
  • Pierre Dérioz (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, France)
  • Michel Durampart (Université du Sud Toulon Var, France)
  • Mouna El Gaied (Université de Lorraine, France)
  • Mohamed Elloumi (Institut national de recherche agronomique, Tunisie)
  • Michèle Gellereau, (Université Lille 3, France)
  • Wahid Gdoura (Université de la Manouba, Tunisie)
  • Gino Gramaccia (Université Bordeaux 1, France)
  • Nozha Ibn Lkhayat (Ecole des sciences de l’information, Rabat, Maroc)
  • Habib Kazdaghli (Université de la Manouba, Tunisie)
  • Alain Kiyindou (Université Bordeaux 3, France)
  • Maud Loireau (Institut de recherche pour le développement, France)
  • Catherine Loneux (Université Rennes 2, France)
  • Pierre Morelli (Université de Lorraine, France)
  • Sihem Najjar (Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, Tunisie)
  • Mohamed Nawar (Université du Caire, Égypte)
  • Gabriela Tigu (Académie des études économiques, Bucarest, Roumanie)

Lieux

  • Djerba (Tunisie)
    14-16 novembre 2012

Mots-clés

  • développement, territoire, patrimoine, tourisme, démocratie participative, environnement, écologie, zones difficiles, communication

Contacts

Comité scientifique du colloque
courriel : ColloqueLOTHmedenine2012 [at] gmail [dot] com