Le programme LOTH

Contexte et originalité du développement du programme LOTH

Nos travaux sont partis d’une volonté de coopération universitaire basée sur la nécessité de conforter certaines missions de l’Institut des régions arides (IRA)[1] par des actions plus ciblées ou opérationnelles dans le champ de l’information et de la communication. En octobre 2005, nous avons préparé une convention cadre entre l’IRA et l’université Paul Verlaine-Metz. Cette démarche – fondée sur plusieurs recherches doctorales – nécessitait un projet scientifique global, un cadre précis de coopération pour les deux laboratoires engagés et des financements pour assurer une mobilité des doctorants et des chercheurs.

Le programme pluridisciplinaire franco-tunisien LOTH (Langages, objets, territoires et hospitalités) consistait en priorité à coupler, entre 2007 et 2010, des problématiques développées en sciences de l’information et de la communication avec les dispositifs existants de conservation, de réhabilitation et de mise en valeur du patrimoine tunisien en zones arides.

Dans ce programme, le contexte spécifique du territoire ou terrain de nos recherches – le sud-est tunisien – a été déterminant. En effet, la question du développement en zones arides[2] compte aujourd’hui parmi les défis les plus délicats, non seulement pour les sociétés rurales et leurs systèmes de production, mais aussi pour la communauté scientifique, les structures d’administration et les organisations de coopération internationale pour le développement (Sghaïer, Picouet, 1996 et 2000). Le fléau de la désertification n’est plus l’affaire unique d’un contexte climatique contraignant, ou d’un environnement marqué par la précarité des ressources naturelles (eau, sol, végétation, faune, etc.). C’est aussi l’affaire des populations rurales tributaires d’un environnement fragile, dans leurs procédures de production de biens de subsistance et d’alimentation humaine et animale (Tbib, Meyer, Idi, 2007). Ces populations ont développé au fil de l’histoire des cultures spécifiques, des modes d’organisation sociale et des formes de communication avec l’environnement naturel et humain. Leurs conditions de vie étaient depuis longtemps marquées par la faiblesse des niveaux de formation, le respect aux valeurs sociales héritées des générations antérieures et la modestie des conditions économiques. Leur organisation sociale, les modes de vie et des systèmes d’exploitation des ressources naturelles (Baduel, 1984) ont toutefois évolué ; essor démographique, privatisation des terres et sédentarisation des nomades, conjugués avec les améliorations des infrastructures publiques (écoles, dispensaires, médias et moyens de communication) ont sérieusement modifié les relations des populations locales avec leur environnement naturel (Omrani, 1982). Par ailleurs, ces zones arides regroupent autour du secteur agricole de plus en plus d’acteurs et de structures de développement. Les unités familiales de production agricole sont en communication continue avec les consommateurs locaux, les commençants et intermédiaires, les organisations locales ainsi que les structures d’administration et de recherche.

En Tunisie, la recherche sur les zones arides s’est investie depuis au moins trois décennies dans un important combat contre la désertification, tant aux plans climatique et environnemental que sur le plan humain. Si les divers projets engagés sur ces territoires ont d’ores et déjà produit des résultats tangibles, d’impressionnants défis y subsistent encore. En effet, à partir de 1970, des modifications profondes ont marqué les populations rurales et les paysages naturels. L’accroissement démographique, la sédentarisation, la privatisation des terres et la mécanisation ont convergé pour amplifier la pression humaine sur les ressources hydriques, les sols et les parcours naturels.

Actuellement, des ressources naturelles affichent des signes de perturbations écologiques prononcés (réduction et dégradation des parcours, tarissement des nappes et érosion des sols). Au fil du temps, les unités familiales de production agricole se sont rendues compte des limites de ce secteur. Aussi ont-elles cherché à profiter autant que possible d’autres branches d’activités économiques, notamment le secteur touristique.

Les premiers travaux engagés dans le programme LOTH se sont donc d’abord concentrés sur les activités du LESOR de l’IRA. Celui-ci s’investit plus particulièrement dans l’étude : des systèmes agraires et pastoraux, de la gestion des ressources naturelles et du développement local dans divers sites de la Tunisie aride ; sites qui doivent participer d’une mise en œuvre d’un tourisme saharien et culturel, constructif et non destructif. Les objectifs et orientations dressés lors des premiers séminaires à Médenine et à Metz ont permis de s’accorder sur différentes pistes concernant l’analyse de systèmes d’information et de communication en zones arides dans une optique de développement territorial (Haddad, 2008) et de valorisation patrimoniale de sites comme les Gsour[3] (Belhassine, 2010), avec pour cible prioritaire la population locale de ces territoires du sud-est tunisien.

L’évaluation du programme aujourd’hui montre qu’il a aussi été le moteur d’une importante mise en réseau de chercheurs de part et d’autre de la Méditerranée. En ce sens, il participe pleinement à la consolidation d’un « espace scientifique méditerranéen » en sciences de l’information et de la communication[4], mais aussi de contribuer, comme le mentionnent les organisateurs du colloque international L’Union pour la Méditerranée : un partenariat équitable pour le partage des savoirs, à « l’émergence d’une palette de réflexions sur des projets communs du futur ensemble euro-méditerranéen, dans le cadre de l’espace commun du savoir, de l’agriculture et du développement durable » (Meyer, 2009).

Les travaux menés à ce jour interviennent donc essentiellement dans le cadre de recherches doctorales en sciences de l’information et de la communication[5] dont les fondements méthodologique et théorique sont, en grande partie, empruntés à la tradition interactionniste (avec une optique de développement de recherches appliquées voire, si le terrain le permet à l’avenir, de recherches-actions). Les thèses soutenues ou en cours visent toutes des objectifs multiples :

  • contribuer à la circulation des idées, des connaissances et savoir-faire entre les acteurs concernés avec une mise au jour, une caractérisation et une analyse des représentations et rhétoriques sur les problèmes à résoudre dans ces territoires comme sur l’efficacité des systèmes d’information en place ;
  • soutenir par des stratégies de communication – y compris pour d’éventuelles situations de crise (Gabay, 2001 ; Libaert, 2010) –, les actions de préservation du patrimoine matériel et immatériel de ces régions internes (en Tunisie) face à l’urbanisation et au développement touristique massif des régions côtières ;
  • contribuer à une expertise et/ou évaluation des outils de communication valorisant les parcours patrimoniaux et/ou les infrastructures touristiques, ceci depuis la valorisation du patrimoine architectural à la conception de nouveaux produits de tourisme culturel dans lesquels se joue aussi un processus d’acculturation au sens d’un « phénomène de contact et d’interprétation entre civilisations différentes » (Cazes, 1984 : 97).

Ces pistes et leurs différentes mises en œuvre dans les thèses ou lors de nos travaux en séminaire commandaient progressivement des expertises croisées pour un développement respectueux et durable – écotouristique – de ces zones arides, fragiles et menacés. C’est sur ce point que nous avions sollicité et obtenu un soutien financier de 2000 euros de l’ISCC. En fait, il est devenu évident, au fil de nos travaux, qu’il était impossible de proposer aux acteurs locaux des stratégies de communication territoriale – qui se fondent en priorité sur les discours et représentations sociales des différents acteurs et sur des enjeux économiques –, sans intégrer dans ces dernières l’étude des effets des perturbations climatiques qui conduisent à des applications au niveau de la gestion conservatoire et de la restauration de populations d’espèces et d’écosystèmes. En particulier, l’évaluation des conséquences de ces dernières sur l’originalité, la richesse et la diversité des communautés animales et végétales, ainsi que l’identification d’éventuels seuils, à partir desquels la biodiversité est ou sera fortement altérée.

Le soutien de l’ISCC en 2009 a donc été essentiel pour consolider la nature pluridisciplinaire de nos travaux i.e. en y intégrant (Amalou, Barioulet, Vellas, 2001) – à côté d’indicateurs sociaux et économiques[6] – des indicateurs environnementaux (fragilité des écosystèmes et de la biodiversité, traitement des déchets, intensité d’utilisation du sol et des ressources hydriques).

 

Les dates et thématiques clés

  • octobre 2005, démarrage de la coopération universitaire initiée avec un projet d’accord cadre signé en 2006 en vue de la poursuite des efforts d’approfondissement des relations scientifiques en vue de contribuer au développement, à la fois, de la recherche et de l’enseignement des SIC en Tunisie (projets de recherche commun, codirection ou cotutelle de thèse) ;
  • 2006, réalisation de deux missions à l’IRA comprenant des visites de terrain (antennes de l’IRA dans le sud-est tunisien, sites spécifiques dédiés au tourisme dans les régions internes et plaine de la Jeffara[7]) pour intégrer nos travaux dans une des missions prioritaires du LESOR à savoir l’évaluation et le diagnostic des expériences d’aménagement et de développement, en particulier des observatoires en zones arides ;
  • 2007-2008, le projet à la base de l’accord cadre entre le LESOR et le CREM devient un programme de coopération qui :
    • permet le développement de recherches autour de thématiques qui relient les champs d’intérêt des chercheurs i.e. les « langages, objets, territoires et hospitalités ». Ces dernières fondent les interactions entre les sociétés passées et leur environnement actuel. Elles fonctionnent, à la fois, comme des cristallisateurs d’expériences communicationnelles et dressent le cadre, les jeux et enjeux, des stratégies de communication pour la valorisation d’une région ;
  • produit ses premiers résultats de recherche dans l’étude de la relation entre « Intelligence territoriale et sociétés rurales » avec la première soutenance de thèse en codirection. Ces travaux proposaient une démarche de mutualisation et de qualification de l’information au sein du territoire de Menzel Habib à travers un dispositif spécifique : les observatoires socio-économiques et environnementaux. Ceux-ci collectent, traitent et mettent à disposition des acteurs locaux et nationaux l’information, les connaissances et les savoirs stratégiques sur les développements en cours ;
  • contribue avec une nouvelle recherche doctorale à répondre à la question sensible de la confiance entre les acteurs locaux (la population locale de Menzel Habib) et les autres acteurs de développement nationaux et internationaux, individuels et collectifs et privés et publics ;
    • intègre les deux instituts représentatifs des sciences de l’information et de la communication en Tunisie i.e. l’Institut de presse et des sciences de l’information (IPSI) et de l’Institut supérieur de documentation (ISD)[8] de l’université de la Manouba (Tunis).
  • 2009 voit l’inscription dans nos travaux, avec le soutien de l’ISCC, d’une dimension écotouristique tenant compte de la biodiversité et du patrimoine naturel (en lien avec le LIEBE et le LEP) ;
  • en 2010, consolidation du programme avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie (programme Horizons francophones) et une extension au Royaume du Maroc (province de Nador et région d’Agadir) avec :
    • un accord international de coopération recherche avec l’École des sciences de l’information de Rabat (une thèse en codirection)[9] ;
    • la préparation d’un accord international de coopération recherche avec l’université Ibn Zohr d’Agadir ;
    • une soutenance de thèse en cotutelle avec l’IPSI l’université dont l’objet reliait les questions de préservation d’un patrimoine, de valorisation économique et marketing territorial (en privilégiant l’image) en zones arides, fragiles et menacées ;
    • une évaluation des travaux engagés et une réflexion sur un développement pédagogique au niveau M (Master) avec un projet de doubles diplômes dans la spécialité Métiers de la communication territoriale et publique[10] en Tunisie (université de Gabès) et en Algérie (université Mentouri Constantine).
  • en 2011 sont programmées les dernières soutenances de thèse en codirection pour la Tunisie et une ouverture sur l’Algérie (université Mentouri Constantine) avec, en mai, une Conférence sur les Recherches et les métiers en communication territoriale et publique permettant ainsi de stabiliser pour les années à venir ce partenariat franco-maghrébin.
  • en 2012, tenue d’un colloque international organisé à l’IRA par les docteurs et doctorants du programme avec le soutien de l’AUF avec la participation de tous les enseignants-chercheurs et doctorants impliqués depuis sa mise en œuvre ;

[1] http://www.ira.rnrt.tn Créé en 1976, l’Institut des régions arides est aujourd’hui sous la tutelle du ministère de l’Agriculture de Tunisie et se charge de diverses missions : mener des recherches pour lutter contre la désertification et préserver les ressources naturelles ; former des cadres et techniciens spécialisés dans ce domaine ; vulgariser les acquis des recherches auprès du secteur agricole ; réaliser des études et projets de développement intégré dans le Sud tunisien et coordonner les activités avec des organismes de coopération scientifique en matière de zones arides. C’est l’une des plus importantes institutions en charge des problématiques environnementales et socio-économiques en Tunisie. Elle est rattachée à l’université de Gabès http://www.univgb.rnu.tn. La recherche scientifique, la formation et le développement comptent parmi ses principales fonctions. L’IRA compte cinq laboratoires de recherche dont le Laboratoire d’économie et sociétés rurales (LESOR) concerné en priorité par le programme LOTH.

[2] Ou, plus largement – suite aux travaux du colloque DELZOD (2009) et dans la perspective d’ouverture à d’autres pays et régions – en zones arides, fragiles et menacées : terminologie que nous avons finalement retenue.

[3] Gsour au pluriel, Gsar au singulier, Le terme s’écrie de deux manières selon les auteurs et les sources : Gsour ou Ksour ; Gsar ou Ksar. Voir aussi résumé de thèse, Sarra Belhassine, p. 11.

[4] Dans l’esprit du colloque international franco-tunisien co-organisé en avril 2008 à Tunis par la Société française des sciences de l’information et de la communication, l’Institut supérieur de documentation et l’Institut de presse et des sciences de l’information (ces deux instituts ont d’ailleurs rejoint le programme LOTH en 2008). Ce colloque était structuré autour de quatre verbes : interagir, transmettre, informer et communiquer. Ces verbes ont été choisis pour saisir et comprendre les dynamiques et les mutations en cours, et pour mieux faire connaître les recherches en information et en communication de part et d’autre de la Méditerranée. Les contributeurs ont montré que ces verbes ont des emplois multiples, qu’il convient de circonscrire par un éclairage pluridisciplinaire, mais aussi en fonction des contextes (très sensibles et l’actualité politique et sociale récente dans le Maghreb le démontre) dans lesquels ils sont encodés puis réemployés. Par ailleurs, ils sont conjugués avec des règles particulières, dans la mesure où sont interrogées les valeurs – toujours en débat – qui y sont attachées, et la valorisation – toujours incertaine – de leurs produits (Gdoura, Meyer, Chouikha, 2008).

[5] Deux doctorantes en économie et en sciences de gestion ont également rejoint le programme pour compléter nos travaux notamment pour l’aspect valorisation patrimoniale et marketing des Gsour (cf. infra, pp. 18 et 19).

[6] Indispensables dans la conception et la réalisation d’outils d’aide à la décision pour la mise en œuvre d’aménagements et d’actions de développement comme dans l’élaboration d’une stratégie de marketing territorial (valoriser en priorité les atouts existants sans minorer le contexte marchand et concurrentiel) dans impliquant différentes formes et intentions de communication.

[7] Cf. photographie p. 38.

[8] www.ipsi.rnu.tn et www.isd.rnu.tn

[9] www.esi.ac.ma

[10] Pour sa période d’habilitation en France.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.